You are currently viewing Sureté nucléaire : la CFE-CGC souhaite conserver le système actuel, le temps d’établir un diagnostic

Sureté nucléaire : la CFE-CGC souhaite conserver le système actuel, le temps d’établir un diagnostic

  • Post category:Non classé

La CFE-CGC de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) est inquiète quant aux conséquences à venir des différents points de la lettre de mission adressée par la Ministre de la Transition énergétique au Président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), au Directeur général de l’IRSN et à l’Administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). En effet, cette lettre vise à proposer de concert, avant le 20 février, des premières mesures visant à réunir les compétences techniques de l’IRSN avec celles de l’ASN, en étant vigilant à prendre en compte les synergies, avec le CEA et avec le Délégué à la sûreté nucléaire et à la radioprotection pour les activités et installations intéressant la Défense (DSND).

La CFE-CGC, de concert avec les autres administrateurs salariés de l’IRSN, par 18 voix contre 4, a obtenu que le Conseil d’Administration alerte le Gouvernement et appelle à la vigilance sur le risque de départs du personnel de l’IRSN pouvant entraîner une paralysie du système de contrôle en radioprotection et sûreté nucléaire. La perte de ces experts de haut niveau aurait pour conséquence de priver la France de sa capacité de recherche et d’expertise à un moment crucial marqué par les défis de l’allongement de la durée de vie des réacteurs existants et de la création de réacteurs de nouvelle génération.

La CFE-CCG, en intersyndicale, rencontre la Ministre de la Transition énergétique ce vendredi 17 février à 17 heures et elle souhaite pouvoir rassurer les équipes à l’issue de cette rencontre. La CFE-CGC souhaite des assurances de conserver le système actuel ASN/IRSN reconnu par tous, le temps d’établir un diagnostic et de recueillir auprès des acteurs concernés et plus largement les propositions d’amélioration des points faibles.

La CFE-CGC est consciente que tout système est perfectible et que des améliorations peuvent sans doute être apportées mais sans cette radicalité et brutalité.